ASSOCIATION VAUDOISE DES CAFETIERS, RESTAURATEURS ET HÔTELIERS

30 janvier 2015

Viande et poisson dans les cantines: NON à un diktat de l'Etat!

La Ville de Lausanne vient de sortir un plan d'action pour une restauration collective avec "une haute qualité environnementale, nutritionnelle et sociale". Un projet novateur, qui cache hélas une mesure par laquelle l'Etat trouve moyen de s'immiscer dans nos assiettes: l'interdiction de viande et de poisson une fois par semaine dans les cantines communales...


Dans le but de favoriser les producteurs locaux et régionaux, la Ville de Lausanne a conçu un ambitieux plan d'action, qui traite aussi bien des méthodes d'approvisionnement que du contenu des assiettes proposées aux clients des cantines lausannoises, qui servent 1.3 million de repas par année (principalement dans les crèches, garderies et APEMS).

La Municipalité propose ainsi de porter à 70% la part des produits locaux et de proximité dans la restauration collective, au terme d'une période pilote de 3 ans. De plus, elle suggère de privilégier l'offre des produits bio régionaux, lorsqu'ils sont disponibles, et tend à créer des relations commerciales directes entre les producteurs actifs sur les domaines communaux et les chefs de cuisine. Des objectifs louables, qui répondent aussi bien aux tendances actuelles en matière de consommation qu'à la nécessité de soutenir tangiblement et concrètement les producteurs régionaux.


Le cheveu sur la soupe...
Une ultime mesure gâche hélas ce menu: l'introduction d'un repas végétarien quatre fois par mois. En termes plus explicites: l'interdiction de servir aux clients des cantines de la viande et du poisson une fois par semaine... Déjà proposée par les Verts en 2011 dans le cadre du Grand Conseil vaudois, cette idée avait alors été séchement refusée. Las: à Lausanne, elle a passé la rampe.

Désormais, l'Etat est ainsi libre de dicter le contenu de nos assiettes! Qu'importe la liberté individuelle! Qu'importe aussi la responsabilité individuelle. Car "les enfants grossissent! Et la viande, c'est mauvais pour l'environnement" prétendent, bouche en coeur, les promoteurs de l'interdiction...

A y regarder de plus près, il n'y a pourtant pas péril en la demeure! Premièrement, la consommation de viande diminue depuis des années en Suisse. Deuxièmement, en comparaison mondiale, la Suisse consomme trois fois moins de viande que d'autres pays (50kg par habitant et par an en Suisse, contre 146kg au Danemark). Enfin, 17% seulement des résidents de notre pays mangent de la viande chaque jour.

Autant dire que cette nouvelle interdiction est à la fois excessive, paternaliste et inutile. Et qu'elle fera plaisir aux bouchers et aux agriculteurs, acteurs de proximité que la Municipalité prétend aider... Cherchez l'erreur.

Gilles Meystre
Directeur de GastroVaud

En savoir plus:
>> Débat sur Forum (RTS La Première) entre Gilles Meystre, directeur de GastroVaud et Eléonore Porchet, Présidente des Verts lausannois (21.01.2015). Ecouter
>> Le préavis municipal. Télécharger

 


Voir toutes les news

ASSOCIATION VAUDOISE DES CAFETIERS, RESTAURATEURS ET HÔTELIERS

Avenue Général-Guisan, 42 - 1009 Pully - Tél 021 721 07 07 - Fax 021 721 07 21 - info(at)gastrovaud.ch
Site réalisé par AgenceWeb SA édité par Publishpro